des Granges de la Dombes

des Granges de la Dombes

Braque allemand à poil court

LE BRAQUE ALLEMAND en général

LE BRAQUE ALLEMAND en général

La fiche connue de la SCC

Le Braque allemand est un chien puissant et élégant, un bel athlète garantissant par ses formes l’endurance, la vitesse et la force. Chien de chasse par excellence, il est avant tout chien d’«arrêt». Sa vocation première est la «plume», au bois comme en plaine. Intelligent et plein d’entrain, ses qualités de compagnon feront votre conquête. Sa taille varie de 62 à 66 cm chez le mâle, de 58 à 63 cm chez la femelle, pour un poids de 26 à 32 kg. Son poil est dur et sec, sa robe marron truité, marron unicolore, quelquefois noir avec les mêmes nuances. Ses yeux sont bruns, sa truffe également. Ses oreilles sont mi-longues, arrondies à la base et plaquées contre les joues.

Le Braque allemand serait issu de la souche commune de tous les chiens d'arrêt, le chien d'Oysel, utilisé pour la chasse au filet des oiseaux et pour la chasse au vol.

Ces chiens d'arrêt atteignirent les cours allemandes en passant par la France, l'Espagne et les Flandres. Issus de divers chiens d'arrêt allemands, ils reçurent des apports de sang étranger par croisements avec des Braques espagnols, des Pointers et des Braques italiens.

Le modèle actuel est fixé très tôt, dès 1880

Le Braque allemand devrait être parfaitement polyvalent. susceptible de chasser en plaine comme au bois le gros comme le petit gibier, de rapporter sur tous les terrains et de pister le gibier blessé, ainsi que de détruire les prédateurs.

En France, la race se développe après la seconde guerre mondiale et le Club actuel de la race est fondé en 1958.

C'est le plus connu des Braques en Allemagne et le chien d'arrêt le plus utilisé au monde.

Caractère et Education

Plein d'entrain mais équilibré et obéissant, le Braque allemand a néanmoins du caractère.

Attaché à son maître, adorant les enfants, c'est un agréable compagnon.

Bon gardien, il n'est pas agressif. Intelligent et obéissant, son éducation sera aisée, mais elle doit tout de même être rigoureuse.

Vigoureux, endurant, fort, rapide, il ne craint pas le froid et chasse sur tous terrains.

Comme un athlète, il doit être entraîné toute l'année avec une intensification à l'approche de la chasse.

Alimentation et Santé

L'alimentation industrielle met à la disposition des possesseurs de chiens des spécialités adaptées au poids, à la taille et à l'âge du chien. Elle propose également des aliments correspondant au niveau d'activité physique de chaque chien et à son état de santé.

Le vétérinaire peut conseiller de ne donner qu'un seul repas (le soir) ou deux (un léger le matin et un plus copieux le soir) et rien entre les repas. La ration du chien doit être distribuée aux mêmes heures et au même endroit en le faisant manger seul dans un lieu isolé et calme de la maison, après ses maîtres.

L'eau est très importante, elle doit toujours être disponible. En cas de consommation excessive il est conseillé de consulter son vétérinaire.

En période de chasse, la ration du Braque allemand sera augmentée ; pendant l'intersaison, on veillera à réfréner son appétit.

Son poil doit être brossé régulièrement et ses oreilles surveillées.

Vivre en ville

Même s'il s'adapte à la vie citadine, le Braque allemand ne peut être considéré comme un chien d'appartement.

Impétueux et passionné, il doit être tenu en laisse et n'être lâché que dans des conditions de sécurité satisfaisantes.

Il a besoin d'espace et d'exercice et de longues sorties quotidiennes lui sont indispensables.

 

Le standard reconnu par la F.C.I.

F.C.I. N°119 / 25.04.2001
(Deutsch Kurzhaar)

TRADUCTION : Dr. J.-M. Paschoud et Prof. R. Triquet.

ORIGINE : Allemagne.

DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D’ORIGINE EN VIGUEUR :

25.10.2000.

UTILISATION : Chien de chasse polyvalent.

CLASSIFICATION F.C.I. : Groupe 7 Chiens d’arrêt.

Section 1.1 Chiens d’arrêt continentaux,

type braque.

Avec épreuve de travail.

BREF APERCU HISTORIQUE : L’histoire du Braque allemand à poil

court remonte à l’utilisation, surtout dans les régions

méditerranéennes, de chiens pour la chasse aux filets du gibier à

plume et pour la chasse au vol. Ces chiens d’arrêt atteignirent les

cours princières allemandes en passant par la France, l’Espagne et les

Flandres. La qualité la plus importante de ces chiens était leur faculté

d’arrêter le gibier. Avec la mise au point du fusil à deux coups (1750),

leur utilisation devint encore plus nécessaire : on tirait la plume au vol

devant le chien. Cette technique marqua le début de la transformation

du chien d’arrêt pur en un chien de chasse polyvalent. Le document

décisif pour l’organisation et le développement de l’élevage du Braque

allemand à poil court, le « Zuchtbuch Deutsch-Kurzhaar » ( livre des

origines du Braque allemand à poil court), a paru en 1897. C’est le

prince Albrecht de Solms-Braunfeld qui établit les caractéristiques de la

race, les prescriptions pour le jugement de la morphologie et, enfin, les

règles simples des épreuves de travail pour chiens de chasse.

Aujourd’hui, le Braque allemand à poil court est sélectionné grâce à un

règlement d’élevage et à des épreuves de chasse élaborées. Le

standard décrit le phénotype caractéristique de ce chien de chasse

polyvalent, qui lui permet d’accomplir jusqu'à un âge avancé un travail

cynégétique varié.

ASPECT GENERAL : Chien racé harmonieusement proportionné, dont

la construction assure puissance, endurance et rapidité. Son port fier,

ses lignes sans heurt, sa tête sèche, sa queue bien portée, son pelage

serré et brillant et ses allures dégagées et de grande amplitude

soulignent sa noblesse.

PROPORTIONS IMPORTANTES : La longueur du tronc doit dépasser

de peu la hauteur au garrot.

COMPORTEMENT / CARACTERE : Ferme, équilibré, digne de

confiance, aux réactions contenues, ni nerveux ni timide ni agressif.

TETE : Sèche, bien ciselée, ni trop légère ni trop lourde ; correspond

en puissance et en longueur à la forme du corps et au sexe.

REGION CRANIENNE :

Crâne : Suffisamment large, légèrement bombé, avec une

protubérance occipitale faiblement marquée, un sillon médio-frontal

pas trop profond et des arcades sourcilières manifestement bien

développées.

Stop : Seulement moyennement marqué.

REGION FACIALE :

Truffe : Un peu saillante. Narines suffisamment ouvertes, larges et

mobiles. En principe de couleur marron, la truffe est cependant noire

chez les chiens à robe noire ou présentant un mélange de poils

noirs et de poils blancs ; une truffe de couleur chair ou ladrée n’est

admissible que chez les chiens dont le fond de la robe est blanc.

Museau : Long, large, épais et puissant pour permettre au chien de

porter aisément le gibier. De profil, le chanfrein est légèrement

convexe, offrant tous les degrés intermédiaires entre une forme

noblement busquée (nez de bélier) et une éminence très discrète par

rapport à la ligne droite. Ce phénomène est beaucoup plus marqué

chez les mâles. Un chanfrein parfaitement droit est également admis,

mais est moins apprécié. Un chanfrein concave est un défaut grave.

Lèvres : Ajustées, pas trop couvrantes, bien pigmentées. A partir de la

truffe, les lèvres tombent presque verticalement jusqu'à leur point de

séparation pour rejoindre ensuite en une légère courbe la commissure

labiale modérément marquée.

Mâchoires/dents : Mâchoires puissantes avec une denture parfaite,

régulière et complète formant un articulé en ciseaux, c’est-à-dire que la

face postérieure des incisives supérieures est en contact étroit avec la

face antérieure des incisives inférieures, les dents étant implantées à

l’équerre dans les mâchoires. 42 dents saines correspondant à la

formule dentaire.

Joues : Fortes, bien musclées.

Yeux : De grandeur moyenne, ni proéminents ni enfoncés dans les

orbites. La couleur idéale est marron foncé. Les paupières épousent

bien la forme du globe oculaire.

Oreilles : Avec une attache haute et large, elles sont d’une longueur

moyenne et tombent, sans tourner, à plat le long des faces latérales de

la tête ; elles sont arrondies à leur extrémité. Ni trop charnues ni trop

fines. Tournées vers l’avant, elles doivent à peu près atteindre la

commissure labiale.

COU : D’une longueur en harmonie avec l’ensemble, s’élargissant

progressivement vers son attache au tronc. Nuque très musclée et

légèrement galbée. Peau de la gorge bien ajustée.

CORPS :

Ligne du dessus : Droite et légèrement inclinée.

Garrot : Marqué.

Dos : Ferme, bien musclé. Les apophyses épineuses doivent être

recouvertes par les muscles.

Rein : Court, large, musclé, droit ou légèrement voussé. La transition

du dos au rein bien couplé est solide.

Croupe : Large, bien musclée et suffisamment longue, pas

brusquement avalée, ne s’inclinant que légèrement en direction de

l’attache de la queue.

Poitrine : Plus haute que développée en largeur, avec un poitrail bien

marqué et un sternum qui s’étend aussi loin que possible vers l’arrière.

Le sternum et l’articulation du coude doivent être situés à la même

hauteur. Côtes bien cintrées, ni plates ni en tonneau. Les dernières

côtes doivent être bien descendues.

Ligne du dessous : Nette, légèrement relevée en courbe élégante vers

l’arrière.

QUEUE : Attachée haut, forte à sa base, puis s’amincissant

progressivement, d’une longueur moyenne. Ecourtée environ de moitié

pour la chasse. Au repos, elle est pendante ; en action elle est portée

à l’horizontale, pas trop haut au dessus de la ligne du dos ni fortement

recourbée. (Dans les pays où la loi interdit la coupe de la queue, elle

peut être maintenue dans sa longueur naturelle ; elle devrait atteindre

le jarret et être portée droit, voire légèrement en forme de sabre).

MEMBRES

MEMBRES ANTERIEURS :

Vue d’ensemble : Vus de face, droits et parallèles ; vus de profil,

membres bien placés sous le corps.

Epaules : Omoplates bien appliquées contre la paroi thoracique,

obliques et inclinées vers l’arrière ; musculature puissante et sèche.

Bonne angulation entre l’omoplate et le bras.

Bras : Le plus long possible, bien musclé et sec.

Coude : Bien au corps, mais pas serré, tourné ni en dedans ni en

dehors, placé loin en arrière. Bonne angulation entre les bras et

l’avant-bras.

Avant-bras : Droit, suffisamment musclé ; ossature forte, sans être

grossière.

Carpe : Fort.

Métacarpe : Inclinaison minimale du métacarpe par rapport à l’avantbras.

Jamais vertical.

Pieds antérieures : Arrondis, pouvant aller jusqu'à la forme d’une

cuillère, avec des doigts bien serrés et suffisamment cambrés. Ongles

forts. Coussinets solides et résistants. En station et en mouvement,

les pieds ne sont tournés ni en dedans ni en dehors.

MEMBRES POSTERIEURS :

Vue d’ensemble : Vus de derrière droits et parallèles ; bonnes

angulations ; ossature puissante.

Cuisses : Longues, larges et musclées ; bonne angulation entre le

bassin et la cuisse.

Grasset : Fort, avec une bonne angulation entre la cuisse et la jambe.

Jambe : Longue, musclée et nerveuse ; bonne angulation entre la

jambe et le métatarse.

Jarret : Fort.

Métatarse : Vertical, fort.

Pieds postérieurs : Comme les pieds antérieurs.

ALLURES : Couvrant beaucoup de terrain, avec beaucoup d’impulsion

et une foulée correspondante ; membres antérieurs et postérieurs

droits et parallèles, le port restant bien droit. L’amble est indésirable.

PEAU : Bien ajustée, sans former de plis.

ROBE

POIL : Court et serré, il doit être sec et dur au toucher. Sur la tête et

les oreilles le poil doit être plus fin et plus court ; il est visiblement plus

long à la face inférieure de la queue. Il doit couvrir tout le corps.

COULEUR :

• Marron, sans marques.

• Marron, avec de petites marques blanches ou des mouchetures sur

la poitrine et aux membres.

• Rouanné marron foncé avec tête marron, plaques ou mouchetures

marron. La couleur de fond d’un chien de cette robe n’est ni marron

avec du blanc ni blanc avec du marron, mais le poil présente un

mélange si intime de marron et de blanc qu’il en résulte une robe de

couleur peu voyante hautement appréciée dans la pratique

cygénétique. A la face interne des membres postérieurs et à

l’extrémité de la queue la couleur est souvent d’une nuance plus

claire.

• Rouanné marron clair avec tête marron et plaques ou mouchetures

marron, ou sans plaques. Dans ce cas, les poils de couleur marron

sont moins nombreux et les poils blancs dominent.

• Blanc, avec marques marron en tête, et plaques ou mouchetures

marron.

• Noir, avec les mêmes nuances que pour la couleur marron ou

rouannée.

Des marques feu jaunâtres sont admises.

• Une liste et une pelote blanche avec des lèvres mouchetées sont

admises.

TAILLE :

Hauteur au garrot pour les mâles 62 à 66 cm,

pour les femelles 58 à 63 cm.

DEFAUTS : Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré

comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.

• Défaut général de construction, caractère sexuel trop peu marqué.

• Museau trop court.

• Lèvres trop lourdes ou trop légères.

• Absence de deux dents en tout (PM1 et M3), ce qui revient à dire

que sur les quatre PM1 et les deux M3, seules au maximum deux

dents peuvent manquer.

• OEil trop clair, oeil d’oiseau de proie jaune-clair.

• Oreilles trop longues, trop courtes, trop lourdes, à l’attache trop

étroite, papillotées.

• Présence de fanon.

• Dos légèrement voussé ( de carpe).

• Croupe trop courte.

• Poitrine trop descendue.

• Queue portée trop haut au-dessus de la ligne du dos, ou trop

recourbée.

• Coudes tournés en dedans ou en dehors. Pieds panards ou

cagneux. Chien serré ou ouvert du devant.

• Angulation arrière droite.

• Jarrets légèrement en tonneau, jarrets de vache peu prononcés,

jarrets clos.

DEFAUTS GRAVES :

• Construction générale lourde, lymphatique, ossature grossière.

• Stop marqué.

• Truffe de couleur chair ou tachée de ladre (sauf chez les chiens

dont la robe est de couleur blanche).

• Museau pointu, chanfrein concave.

• Articulé en pince ou partiellement en pince (chez les chiens de plus

de quatre ans, un articulé en pince développé avec l’âge n’aura

aucune influence sur le jugement pour autant qu’un club du Braque

allemand confirme que lors d’une précédente exposition, l’articulé

était correct).

• Dos de carpe prononcé, dos légèrement ensellé.

• Hauteur de poitrine nettement insuffisante, poitrail peu marqué ;

cage thoracique trop plate ou en tonneau.

• Coudes fortement tournés en dehors ou en dedans.

• Carpe mou ou bouleté.

• Métacarpe droit.

• A l’arrière fortement panard (jarrets de vache prononcés) ou

cagneux (jarrets en tonneau prononcés), en station comme en

mouvement.

• Arrière-main surbâti.

• Doigts écartés.

• Pieds affaissés.

• Allures lourdes.

• Différence de plus de 2 cm par rapport aux tailles prescrites par le

standard.

DEFAUTS ELIMINATOIRES :

• Déviation grave du caractère sexuel.

• Absence de plus de 2 dents parmi les quatre PM1 et les deux M3.

Absence de toute autre dents ( à part les PM1 et M3). Les dents

non visibles sont considérées comme absentes sauf si un club du

Braque allemand atteste leur présence à l’occasion d’un examen ou

d’une sélection des antérieurs.

• Prognathisme supérieur ou inférieur, arcade incisive déviée ou tout

autre articulé défectueux du même ordre.

• Dents en surnombre, hors de l’alignement dentaire normal.

• Bec de lièvre, palais fendu.

• Paupières très lâches, ectropion, entropion, distichiasis (double

rangée de cils).

• Dos fortement ensellé, colonne vertébrale déformée.

• Cage thoracique déformée, p. ex. poitrine retranchée.

• Ergots avec ou sans squelette osseux.

• Tout défaut caractériel.

N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d’aspect normal

complètement descendus dans le scrotum.